Notre histoire

La Hesbaye présente un paysage de collines légèrement vallonnées, des prairies verdoyantes, des champs fertiles, des vergers et de belles forêts. Le prince de Liège, Mgr Charles de Velbrück, a choisi ce vaste paysage pour créer un paradis terrestre, une 'Arcadie' selon le goût et la philosophie du XVIIIe siècle. Il a fait construire un pavillon de chasse sur la colline qui s'étend au -dessus du village ainsi que des jardins à la française. Mettant à profit les douces pentes du relief, Il aménagea aussi un parc paysager.

Un domaine princier dévoilé
L’historienne de l’art, Chris de Maegd, a été la première à mener une étude approfondie de l’histoire de Hex, de la construction et de l’aménagement du parc et des jardins - des origines à la situation actuelle, en passant par les périodes de prospérité et de turbulences des XIXe et XXe siècles. Le résultat de sa recherche sur le domaine a été publié sous forme de livre en 2007, avec de belles estampes et photographies originales illustrées qui se lit comme un roman.

DE VELBRUCK AUX D'URSEL
Le château de Hex a été construit par le prince-évêque de Liège, Charles de Velbrück, entre 1770 et 1784, l'année de sa mort. Après son décès, le domaine fut transmis à la famille de Marchant d'Ansembourg. Quand le dernier d'Ansembourg mourut sans enfant, la famille d'Ursel hérita de la propriété. Les résidents actuels sont les deuxième et troisième générations d'Ursel à Hex. La Comte Ghislain et la Comtesse Stéphanie d'Ursel gèrent toujours le domaine dans l'esprit du fondateur de la maison.

Un prince éclairé

Charles de Velbrück est né en 1719 au château de Garath, près de Düsseldorf. Sa famille appartenait à la noblesse westphalienne et ses parents projetaient pour lui une carrière ecclésiastique. Après avoir obtenu son diplôme en droit, Velbrück est arrivé à Liège en tant que jeune chanoine et a rapidement occupé des postes importants dans l'administration de la principauté. En 1772, il fut élu prince-évêque. Sa politique était celle d'un monarque éclairé, conquis pour les idées de liberté et de tolérance. Il fut un grand promoteur des arts, de la littérature, de la science et de l'éducation.

LE DOMAINE
Le château, avec ses jardins et son parc clos de murs, occupe une position centrale dans le domaine. À l'ouest du château, dans la vallée de Broekom, se trouve la ferme de Manshoven avec ses riches pâturages, ses prairies et couverte à l'arrière par la belle forêt de Manshoven. À l'est du château, au milieu du plateau d'une terre très fertile, se trouve la ferme Monnikkenhof avec ses vastes champs. Une troisième ferme est située en face du château. En outre, sur la Hekslaan, vous trouverez un certain nombre de belles vieilles maisons de style rural du 19ème siècle, telles que la station, l'école et l’ancienne scierie. Enfin, l’ancien moulin à eau, situé plus bas dans le village sur les rives du Herk, appartient aussi au domaine.

L' itinéraire à pied
Une promenade le long du Monnikkenhof, moulin et Manshoven. 
Trouver ici le plan du parcours randonnées de 6 km, 9 km ou 12 km.
Point de départ et retour au bistro De Horne.

LE CHÂTEAU
Selon la tradition, le château a été construit selon les plans de l'architecte liégeois Etienne Fayen. Pour l'exécution de son projet , Velbrück a demandé les meilleurs artisans de Liège, de Lorraine et d'Italie. Le château lui-même est une construction en brique rouge en forme de U avec des cadres de fenêtres en calcaire de Namur. Il y a un seul étage, le second est recouvert d'un toit en mansarde. Le bâtiment est sobre et a pour unique décoration un fronton triangulaire avec en relief Diane chasseresse.

LES JARDINS FORMELS
Lors de la construction du château vers 1780, Velbrück fit construire plusieurs jardins formels à proximité immédiate de la maison. A l'avant, qui était alors du côté sud-est, où se situe Liège, les terrasses étaient décorées à la française avec des parterres de fleurs des deux côtés du chemin. De l'autre côté du château vinrent les parterresentourés de murs et ensuite, sur le versant opposé au village, le potager en contrebas. En 1871, l'architecte paysagiste Louis Fuchs redéfinit le jardin formel de la cour d'honneur. Fuchs est également responsable de l'aménagement du parc paysager anglais doté de grands axes de vues. Le jardin à la française qui était aménagé auparavant sur plusieurs terrasses était décoré de broderies, de plates bandes fleuries , de plantes exotiques et de nombreux vases, de bancs et arcades de roses : il fut nivelé et grandement simplifié au fil des ans. En 1913 l'architecte paysagiste Jules Janlet fut chargé par le Comte d'Ansembourg de redessiner l'ancien jardin à la française, le jardin du prince et les terrasses. Il redéfinit le jardin formel en tenant compte des axes longitudinal et transversal existants. L'attention portée aux lignes droites, aux proportions équilibrées et à l'utilisation de figures géométriques telles que la demi-arche sont typique du style de Janlet. Les trois grandes terrasses du côté sud-est du château décorées de parterres de fleurs aux couleurs vives ainsi que la disposition géométrique du jardin du Prince sont restées telles que nous les connaissons aujourd'hui. Les terrasses ont été redessinées en 1992 par l'architecte de jardin anversois Jacques Wirtz. Les plates-bandes de fleurs annuelles ont cédé la place à un dessin de pelouse bien serré, de blocs d'ifs taillés et de surfaces en gravier de dolomite.

de ommuurde moestuin van Hex

LE POTAGER
La construction originale en terrasse des jardins du chateau de Hex est préservée au sud du chateau. Le potager est complètement entouré des murs en brique et, plus bas que le château et les jardins à la française, se trouvent en terrasses parallèlement à la pente. En 1774, une rangée de maisons de village jouxtait la Hekslaan, y compris le presbytère. Les maisons ont été démolies et le presbytère a été reconstruit de l'autre côté de la rue. Les travaux furent achevés vers 1790. Depuis lors, peu de choses ont changé dans la disposition du potager. Le haut mur de soutènement du côté nord-est a 250 mètres de long et est toujours utilisé comme mur de fruits. C'est au pied de ce mur que se trouve le rabat, disant le "collier" du jardin. Le niveau central est occupé par les lits avec des légumes et des fleurs. Le niveau le plus bas côté rue, est occupé par un verger où paissent les moutons. Vous y trouverez également le vieux puits qui devait approvisionner le potager en eau. Dans la partie nord-ouest du jardin se trouvent les serres et le jardin enclos pépinière . La cave à légumes du 18ème siècle est cachée derrière une porte sous le grand mur de soutènement, dans la partie est du jardin, cachée parmi les rosiers grimpants.

Les jardins anglais perdus de HexLES JARDINS ANGLAIS PERDUS
Dans les années précédant sa mort en 1784, le prince-évêque Velbrück fit construire un complexe de jardins hors des murs des jardins à la française dans un concept totalement nouveau. Les soi-disant jardins anglais n'étaient qu'à la mode et Velbrück a été l'un des premiers à travailler selon les nouveaux principes de ces jardins «naturels» ou irréguliers. Le concept de sa cour anglaise d'alors est encore loin de ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de jardin romantique anglais, mais la rupture de style avec la tradition rococo d'inspiration française était significative. Les jardins étaient disposés dans un grand rectangle, situé entre le jardin à la française et le Zavelberg, et entourés d'une haie. Des routes sinueuses conduisaient le visiteur à travers des passages forestiers allant d'un salon de jardin à un autre. Les bordures de la pelouse étaient exagérées et ici et là se dressaient des arbres solitaires, de petits groupes de plantes ligneuses (quêtes forestières) avec des plantes à fleurs et des constructions de parcs. Il ne reste plus grand-chose de cette cour anglaise. Plus encore, nous ne savons même pas dans quelle mesure les plans originaux ont été mis en œuvre. Mais le ton était donné. La cour anglaise jette les bases prudentes du grand parc paysager tel que nous le connaissons aujourd'hui.

LE PARC PAYSAGER
Le paysagiste allemand Louis Fuchs, qui a déménagé à Bruxelles, a été chargé en 1871 par comte Alfred I d'Ansembourg de redessiner le parc et les environs du château dans le style paysager de ce moment. Au cours des dix années suivantes, les vieilles forêts de pins ont été abattues, les reliefs ajustés, des nouvelles allées d'arbres plantées et des grandes pelouses aménagées. Aujourd'hui la vallée allongée de Louis Fuchs, avec son caractère doux et vert, ses groupes arborés et ses solitaires sélectionnés, est une des principales attractions du domaine, exemplaire pour le style et presque intact.

Hex 230 park 1140x100 copyright Hex

© 2020 Garden Festival Hex - Alle rechten voorbehouden